logo UDH
  • Paroles d’émigrés

    0
    scissors
    15 décembre 2015adminNon classé

    Jeudi 3 décembre 2015, dans la salle municipale du Mail, une cinquantaine de personnes sont venues participer à une conférence débat animée par Anne-Marie Bianchi, maitre de conférence à l’université, dont le thème était ; « paroles d’émigrés ». Dans le contexte actuel, cette conférence débat avait un intérêt tout particulier. En effet, Anne-Marie Bianchi compte tenu de sa formation universitaire et de ses origines personnelles pouvait à juste titre être considérée comme une spécialiste de l’émigration italienne. Elle débuta dès lors son exposé par des rappels historiques concernant l’émigration italienne avant la seconde guerre mondiale, dans toute l’Europe, aux USA et bien entendu en France et plus spécifiquement dans la région grenobloise alors en pleine expansion industrielle créatrice d’emplois. Elle rappela que malgré un accès à l’emploi, les conditions de vie et d’habitat des émigrés italiens étaient à l’époque très dures et que l’accueil des Grenoblois n’était d’une façon globale peu favorable. Il y eut même un camp d’internement pour les Italiens au parc BachelardCette hostilité prit encore plus d’ampleur lors de la seconde guerre mondiale puisque la région était occupée par des troupes italiennes alliées au pouvoir nazi. Plus tard lorsque l’Italie signa un accord avec l’Angleterre, les troupes hithleriennes les remplacèrent et les pourchassèrent. A cette époque des grenoblois ont alors caché des soldats italiens. Depuis la fin de la guerre et jusqu’à nos jours, les italiens ont été parfaitement assimilés et sont devenus français. Pour illustrer ses propos Anne-Marie Bianchi a sollicité les témoignages de trois personnes : Alain Benacchio immigré venant d’Italie, alors charbonnier tâcheron contraint d’aller de chantier en chantier, Irène Gondrand française venant de Tunisie lorsque cette terre était française et Robert Samoian dont les parents arméniens fuyaient le génocide en Turquie. Ce dernier a tenu a remercier avec émotion les enseignants français qui l’ont aidé par leur enseignement à devenir chirurgien dentiste, puis écrivain. Il ressort de ces témoignages un parcours avec la traversée d’épisode d’hostilité, voire d’une certaine forme de racisme dont ils ont souffert. L’histoire de France nous montre que depuis toujours, en période de crise, se développe le phénomène du bouc émissaire qui peut conduire à des comportements à caractère raciste ou discriminatoire, et ce type de comportement peut se retrouver hélas dans toutes les contrées de notre planète.

    Invalid Displayed Gallery

.